Episode 1 et 2


Après les attentats de novembre à Paris, on pouvait s’attendre à trouver les Français désemparés en les interrogeant sur leurs peurs. C’est en réalité une opinion certes consciente des menaces mais très maîtresse d’elle même que décrit notre enquête sur les peurs des Français.

  • Une augmentation mesurée du niveau de peur.

Entre septembre et décembre 2015, le sentiment de peur a augmenté, comme on pouvait s’y attendre au regard de ce que fut l’actualité, et la tonalité globalement anxiogène des médias. Cette augmentation reste cependant mesurée, puisque l’on passe d’une « note de peur » moyenne de 5,87 sur 10 (voir méthodologie p.25) en septembre à 6,07 en décembre, soit une variation modérée qui ne s’apparente en rien à un mouvement de panique.

  • Des Français plus conscients des menaces à long terme, que des risques ponctuels auxquels ils sont confrontés.

La principale peur des Français est la pollution des mers et des océans, et non les attentats terroristes, bien que celle dernière ait, comme on pouvait s’y attendre, fortement augmenté au cours des derniers mois. D’une manière générale les peurs liées à la dégradation de « l’environnement et de la nature », ainsi que celles concernant la dégradation de « l’environnement économique et social » sont plus intenses que celles qui concernent la sécurité.

On peut indiquer deux raisons à cette hiérarchisation des peurs.

  • La Conférence sur le climat (COP 21) aura finalement plus marqué les esprits que les attentats du Bataclan. Cela n’est probablement pas à imputer à une meilleure couverture de la COP 21 par les médias. Les attentats du 13 novembre ont été conçus par leurs auteurs pour être un événement médiatique et frapper l’opinion autant que les victimes. Et à cet égard ils ont atteint leur objectif, puisqu’ils ont été, et à juste titre, l’information principale traitée par les médias pendant plusieurs semaines. Mais malgré l’horreur de l’événement et la pression médiatique qui l’a accompagné, les thèmes évoqués lors de la COP 21 ont mieux résonné avec les attitudes profondes des Français.
  • Une opinion plutôt rationnelle sur laquelle l’agenda des médias n’exerce qu’une influence modérée.

Les menaces sur l’environnement et celles dont est porteuse la situation économique sont certaines : ce sont des menaces dont il est difficile de se prémunir par un comportement individuel et qui pèsent sur la collectivité en tant que telle. Inversement, même si les terroristes visent notre société dans son ensemble la probabilité que chacun d’entre nous soit victime d’un attentat reste inférieure à celle de subir un accident de la route ; risque dont nous nous accommodons fort bien.

Si les terroristes voulaient terroriser la France, il semble qu’ils aient pour l’instant plutôt raté leur coup. On constate une nouvelle fois que les sociétés ouvertes et développées, avec leur désordre et leur nonchalance apparente, sont bien plus solides et résistantes que ne le pensent leurs ennemis.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s